Expo-vente d’enluminures chez Buridan

christlivredheuresfg.jpg couplecodex.jpg

Martine Connay
expose chez Buridan – Le Fou d’Histoire

Librairie spécialisée en histoire, livres d’histoire
Du 25 juillet au 10 septembre 2008

« Enseignante durant plusieurs années, pratiquant en autodidacte le pastel et l’aquarelle, c’est par hasard que je rencontre en 2003, Claire Travers, auprès de qui je m’initie à l’art de l’enluminure.

« Guidée par ses précieux conseils, je me lance à mon tour dans la création et la reproduction de ces petites œuvres d’art. A travers elles, c’est d’un regard nouveau que je redécouvre l’Histoire.

« Toutes mes enluminures sont réalisées sur parchemin (chèvre ou chevreau), la feuille d’or 22 carats est posée sur gomme ammoniaque ou sur une assiette à dorer (appelée aussi gesso) ou plus rarement sur une colle contemporaine, les pigments sont liés à la détrempe (à base de gomme arabique).

« Il faut compter en moyenne entre 30 et 40 heures de travail pour réaliser une belle miniature, mais, suivant la taille de l’œuvre, le style, les détails et les finitions, 80 à 90 heures peuvent être nécessaires »

dscn1422a.jpg



La guerre économique franco-anglaise au XVIIIème siècle

On connaît les rivalités qui ont opposé la France et l’Angleterre tout au long du XVIIIème siècle et leurs causes ont été étudiées maintes fois. En s’appuyant sur ces différentes études, François Crouzet préfère cependant s’arrêter aux données purement économiques du problème. Ainsi, son discours est moins susceptible d’être biaisé par une approche qui tiendrait plus à l’histoire des idées. Pour autant, son propos n’en devient pas aride, bien au contraire. On pourra notamment y découvrir comment les grands crus de Bordeaux sont apparus ou pourquoi les Anglais sont des buveurs de thé.

François Crouzet s’intéresse aussi à l’importante contrebande qui a été favorisée par les politiques protectionnistes longtemps en vigueur et au développement des colonies : l’expansion des colonies françaises ayant été le plus grand motif des griefs britanniques à l’encontre de la France.

Enfin, François Crouzet précise son étude en étudiant les relations commerciales des deux Etats avec les différentes régions du monde.

Il en ressort une étude nuancée dans laquelle la France, quoique rencontrant des difficultés, est loin de paraître commercialement disqualifiée à la veille de la Révolution française.

La guerre économique franco-anglaise au XVIIIème siècle, François Crouzet, Fayard, 2008, 29 euros.

crouzetguerre.jpg

 

 

 



Musiques et chants du XVIIe et XVIIIe siècle chez Buridan

jongleuse02.jpg

 

Anaëlle Jasselin (harpe)

Eileen Besse (chant)

Michel Bonade (percussions)

A découvrir, jeudi 17 juillet, à partir de 19h30 à la librairie

Buridan – Le Fou d’Histoire




publiciteburidan2.gif



A lire cet été : Collection Avant-Ecran

troubadours.jpg       louverenard.jpg


La librairie
Buridan – Le Fou d’Histoire vous propose pour lire cet été :

Je hais les troubadours, d’Olivier Démoulin, 300 pages, 15 x 21 cm, 16 euros

La Louve et le renard, d’André-Bernard Cédaire, 192 pages, poche, 9 euros

**********

Ces ouvrages font partis de la collection Avant Ecran des éditions Grrr…Art,

Ce sont de vrais romans, mais également des scénarios romancés pour l’écran, petit ou grand. La collection « avant écran » explore les chemins fascinants qui mènent des mots à l’image et des personnages de papier à des héros de salles obscures. L’objet-livre existe par son style et ses règles littéraires mais il est porteur d’un projet cinématographique ou télévisuel.

Nous avons extrait de la collection ces deux titres qui vont vous permettre de vous imprégnés des siècles passés.

(suite…)



La double mort du roi Louis XIII

flammarionlouis13.jpg

La double mort du roi Louis XIII, Françoise Hildesheimer, Flammarion, 2007, 422 p., 22 cm, 22,50 euros

La double mort du roi Louis XIII Dans la galerie des rois de France, Louis XIII fait grise mine, coincé qu’il est entre son père, Henri IV, et son fils, Louis XIV, S’intéresse-t-on à son, règne, c’est le nom de Richelieu, son ministre, qui flamboie ; au point que les livres d’histoire sautent parfois sans vergogne de la mort du cardinal, en décembre 1642, aux débuts tumultueux du futur Roi-Soleil ; comme si, avec Richelieu, on avait enterré Louis XIII. C’est oublier que Louis a survécu six mois à son ministre ; six mois ignorés de la postérité, mais capitaux pour l’histoire de France, Car, entre décembre 1642 et mai 1643, il est à la tête d’un pays en guerre contre l’Espagne, au centre d’une Cour déchirée par les cabales, On sait le roi malade ; le dauphin est un enfant ; qui va prendre le pouvoir, autrement dit qui va assumer la régence ? La reine, Anne d’Autriche, le frère du roi, Gaston d’Orléans, les princes du sang et les grands s’allient, se brouillent et complotent, cependant qu’un quasi-inconnu nommé Giulio Mazarini progresse dans les allées du pouvoir, Six mois de suspens pour tous ceux qui convoitent la mort du roi ; six mois de calvaire physique pour le monarque affaibli, qui doit se préparer à une fin chrétienne, mais déjouer aussi stratagèmes et chausse-trapes. En sa longue agonie, Louis poursuivit un dessein unique ; assurer le destin du trône de France. Et, en grand roi qu’il était, il y parvint.

Françoise Hildesheimer est conservateur en chef aux Archives nationales et professeur associé à l’université Paris-I. Elle est l’auteur de différents ouvrages sur l’histoire politique et religieuse de l’Ancien Régime, notamment une biographie de Richelieu parue chez Flammarion eu 2004.

Table des matières : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, livres d’Histoire

(suite…)



tpe2008 ogm |
Etude et conservation des c... |
Les chats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | connaître et protéger la na...
| sos animaux
| Les réactions soulevées par...