L’Inquisition médiévale, par Jean Guiraud

guiraudinquisition300.jpg

L’Inquisition médiévale, par Jean Guiraud, J. Tallandier, 1978, 238 pages + 8 p. de pl. ; 23 cm
Livre d’occasion, en bon état, disponible à la librairie, 32 euros >> Commander par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Quatrième de couverture :

S’il est un domaine où les passions ne sont pas près de s’éteindre, c’est bien celui de l’Inquisition au Moyen âge. Réquisitoires et apologies se succèdent et se répondent, sans que la vérité progresse d’un pouce.
En véritable historien, Jean Guiraud fuit comme la peste le péché d’anachronisme – péché capital en histoire – qui consiste à voir avec les yeux d’aujourd’hui ce qu’on fait ou dit les hommes du XIIIe, du XIVe ou du XVe siècle. Il replace le phénomène de l’hérésie et la création de l’Inquisition dans leur contexte puis expose le fonctionnement, souvent mal connu, de ce célèbre tribunal et enfin, suit son évolution qui fut très diverses selon les époques et les pays. Appuyé sur une documentation solide, il fait le point avec clarté et sérénité sans rien laissé de côté. Il livre les pièces d’un dossier qu’il faut connaitre avant de juger.

Jean Guiraud est né en 1866 dans l’Aude, non loin des hauts lieux cathares, région où se déroulèrent les épisodes de la croisade en Languedoc et où l’Inquisition eut une activité … débordante.
Des études universitaires l’amenèrent à se pencher en particulier sur l’histoire de l’Eglise et à publier plusieurs ouvrages sur ce sujet : l’Eglise romaine des origines à la Renaissance, les Registres d’Urbain IV (1261-1264), une grande Histoire de l’Inquisition au Moyen âge en deux volumes, etc. …
Catholique militant mais ignorant tout sectarisme, il mena également une carrière de journaliste. Directeur de La Croix pendant de longues années, l’universitaire sut s’adapter aux nécessité de la presse : clarté, concision, rapidité qui l’aidèrent à écrire des livres vivants, proches des préoccupations du public, mais, en même temps, préparés avec sérieux et méthode.

Table des matières : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en livres d’histoire du moyen âge

(suite…)



Le Cercle du monde selon Jehan, de Thierry Fournier

letourdumondeselonjehan.jpg

Samedi 22 novembre à partir de 17h 30,

la librairie Buridan aura le plaisir d’accueillir

Thierry Fournier et les éditions éoliennes

pour le lancement du très beau roman,

Le Cercle du monde selon Jehan.

Le mot de l’éditeur.

(suite…)



Les prochaines manifestations du Fou d’Histoire

papilloncahierrouge.jpg

Le Vendredi 24 novembre, à partir de 18h30

>> Rencontre avec Claude Sivirine autour du Cahier rouge du maquis de Gleb Sivirine / Lieutenant Vallier

papilloncercledumonde.jpg

Le Samedi 22 novembre, à partir de 17h30

>> Rencontre avec Thierry Fournier, auteur du très beau roman historique, Le Cercle du monde selon Jehan

papillonlouisxvi.jpg

Le Jeudi 4 décembre, à 19h30

>> Conférence d’Aurore Chéry sur le thème « Louis XVI, Une image du pouvoir au XVIIIe siècle»

***************

www.buridan.fr



publiciteburidan12.gif



Visite guidée du Quartier Latin

ecoliersfouarre300.jpg

Les écoles de la rue du Fouarre
Dans Les escholiers du temps jadis, par A. Robida, A. Colin, 1907, p. 17


Le Quartier Latin et la naissance de l’Université de Paris

Visite guidée par Alice Baudoux, étudiante en Histoire médiévale

Dimanche 1er juin, à 14h30

Réservation

L’université de Paris fut fondée (sinon en 800 par Charlemagne, comme le voudrait certains), du moins par Philippe-Auguste accordant des privilèges aux écoliers, privilèges confirmés, en 1215, par le légat du pape, Robert de Courzon.

L’Université occupait le quartier d’Outre-Petit-Pont. Sur les flancs de la montagne Sainte Geneviève, sur les débris de la Lutèce gallo-romaine, il s’établit une véritable cité des études, une ville écoliers où l’on parlait le latin, où va surgir des collèges en nombre considérable, de tout ordre et de toute taille.

Avec cette visite guidée du quartier latin, retrouvez les traces des escholiers parisiens dans les rues sinueuses de ce quartier plein de charme.

A lire !

vergeruniversitesv.jpg   vergeruniversitesv1.jpg   tuiliercollegev.jpg   lusignanveritev.jpg

(suite…)



Nouveautés Belles Lettres

blddvepres.gif blddaimer.gif blddlire.gif

Les Vêpres siciliennes. Une histoire du monde méditerranéen à la fin du XIIIe siècle — Steven Runciman
Tempête dans la Méditerranée orientale au XIIIe siècle : le récit par le grand médiéviste des Pâques sanglantes de 1282 et de la Sicile française.

Aimer dans l’Espagne médiévale. Plaisirs licites et illicites — Adeline Rucquoi
Sexe, religion et morale dans l’Espagne médiévale.

Lire à Rome — Catherine Salles
Une passionnante étude sociologique sur tous les aspects de l’écriture dans l’Empire romain.

(suite…)



Occasion : La Doctrine de l’Église et les réalités économiques au XIIIe siècle


ibanesusure.jpg

La Doctrine de l’Église et les réalités économiques au XIIIe siècle : l’intérêt, les prix et la monnaie, par Jean Ibanès, Presses universitaires de France, 1967, In-8 ̊ (24 cm), VIII-112 p.. Disponible à la librairie : 48 euros

Travaux et recherches de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris.

Jean Ibanès a mené ici une étude sur quelle a été, au XIIe siècle, l’attitude de l’Eglise en face des réalités économiques que son l’intérêt, les prix et la monnaie.

Par exemple, concernant la prohibition de l’usure, on peut se demander si les intéressés étaient au courant de cette prohibition, si celle-ci a été efficace. Le prêt a intérêt ayant subsisté en dépit de cette interdiction, comment expliquer cette résistance dans une société en principe soumise à la loi religieuse ? L’idée centrale de l’auteur est que les canonistes ont cherché bien moins à harmoniser leur doctrine avec la réalité qu’à influencer cette dernière. Pour lui, la doctrine de l’usure fut essentiellement une « force de contestation ».

Jean Ibanès n’a pas voulu en effet se contenter d’étudier la théorie, mais, il a cherché également à déterminer quelles furent les relations entre ces dernières et les réalités économiques. La pensée n’a pas pu faire abstraction des faits, qui ont infléchi plusieurs de ses aspects.

Pour cette étude l’auteur s’est appuyé sur deux grands ensembles : le droit canon et les œuvres des théologiens tels que les Commentaires sur les Sentences de Pierre Lombard, l’œuvre d’Aristote (Ethique et Politique) et celle de Saint Thomas.

Table des matières :

(suite…)



tpe2008 ogm |
Etude et conservation des c... |
Les chats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | connaître et protéger la na...
| sos animaux
| Les réactions soulevées par...