L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul

corvisierarmee300.jpg

L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, par André Corvisier, PUF, 1964, plaquette de 44 pages,

Livre d’occasion exemplaire en bon état signé par l’auteur, disponible à la librairie, 33 euros >> Le réserver, par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)



Pouvoir au village et Révolution, par Jean-Pierre Jessenne

jessennepouvoi300.jpg

Pouvoir au village et Révolution. Artois (1760-1848), par Jean-Pierre Jessenne, PU Lille, 1987, 308 pages, 24 cm

Livre d’occasion. Exemplaire de bibliothèque sorti de l’inventaire, avec divers cachets, disponible à la librairie, 22 euros >> Réserver par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Autour du clocher, l’accès à la mairie passe le plus souvent sous le porche :
Le clocher : centre du village et symbole d’une collectivité qui tend à se vouloir unie,
La mairie : lieu du pouvoir local, maillon important de l’organisation de l’Etat et enjeu décisif de l’engagement politique des ruraux en particulier quand se mettent en place les institutions communales.
Le porche : élément architectural distinctif des grosses censes qui jalonnent le paysage artésien.

A la fin du XVIIIe siècle, dans ces censes souvent seigneuriales, vivent et travaillent les fermiers qui emploient des dizaines de personnes. Forts de leur « savoir lire et écrire », les fermiers, lieutenants de village, monopolisent le pouvoir local à la fin de l’Ancien régime.
Loin d’être balayés par les premières élections révolutionnaires, ils sont consacrés par le vote villageois comme maires et membres des municipalités… Au-delà des ruptures révolutionnaires et malgré des moments d’éviction, ils s’installent pour longtemps dans la continuité du pouvoir.
En révisant au passage quelques idées reçues (domination des propriétaires, passivité politique et « naturel » conservatisme paysan), ce livre reconstitue les mécanismes qui lient la foule des villageois à la « fermocratie » ; l’attribution des places dans l’église, le parrainage des enfants croisent le chantage au travail et la guillotine.
A quelques mois du bicentenaire de 1789, la Révolution française et les racines rurales demeurent des points de passages utiles pour comprendre la France d’aujourd’hui

Table des matières : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en histoire de la Révolution, Livres d’histoire de la révolution

(suite…)



Louis XVI, une image du pouvoir au XVIIIe siècle

louisxvi.jpg

Louis XVI, une image du pouvoir au XVIIIe siècle

Cette conférence aura lieu le Jeudi 4 décembre 2008, à la librairie, à partir de 19h30

Aurore Chéry continue ses recherches sur l’image de Louis XVI. Elle prépare actuellement une thèse à l’Université Lyon III.

 

Dans un contexte de forte instabilité politique, Louis XVI devient, au XIXe siècle, une sorte d’étendard. Tour à tour figé dans la pose du « roi martyr » ou du « tyran malgré lui », on en vient à oublier qu’il fut un temps où, en tant que jeune roi, il eut à élaborer sa propre image pour se démarquer de ses prédécesseurs. Alors qu’émerge l’opinion publique comme actrice de la vie politique en cette fin du XVIIIe siècle, comment se construit cette image et peut-on y voir ce que l’on appellerait aujourd’hui une « stratégie de communication » ?

Aurore Chéry, doctorante à l’université Lyon III, présentera les travaux qu’elle a consacrés à cette question pour son mémoire sur « L’image du roi et la Direction générale des Bâtiments ».

Participation libre.

A lire !

petitfilslouis16.jpg …..felixma16.jpg …..vincentlouis16.jpg

(suite…)



Les prochaines manifestations du Fou d’Histoire

papilloncahierrouge.jpg

Le Vendredi 24 novembre, à partir de 18h30

>> Rencontre avec Claude Sivirine autour du Cahier rouge du maquis de Gleb Sivirine / Lieutenant Vallier

papilloncercledumonde.jpg

Le Samedi 22 novembre, à partir de 17h30

>> Rencontre avec Thierry Fournier, auteur du très beau roman historique, Le Cercle du monde selon Jehan

papillonlouisxvi.jpg

Le Jeudi 4 décembre, à 19h30

>> Conférence d’Aurore Chéry sur le thème « Louis XVI, Une image du pouvoir au XVIIIe siècle»

***************

www.buridan.fr



Derrière la façade. Vivre au château de Versailles au XVIIIe siècle

newtonfacade.jpg

Derrière la façade. Vivre au château de Versailles au XVIIIe siècle, William Ritchey Newton, Perrin, Septembre 2008, 288 pages, 22 cm, 19 euros

Vivre à Versailles sous Louis XV, ou comment se loger, se nourrir, se laver, se chauffer, s’éclairer, se blanchir etc…. La réalité derrière les ors du plus grand palais du monde. Un livre sans équivalent.

Versailles symbolise le faste et la puissance royale. Mais derrière l’or, les miroirs et le marbre, s’enchevêtrait un labyrinthe de 226 appartements où un bon millier de personnes devait trouver un lit, se nourrir, se laver et se chauffer.
C’est cet univers où la promiscuité le dispute à la crasse et aux odeurs nauséabondes qu’explore William Ritchey Newton, spécialiste de la Cour de France. Il décrit la course aux logements, les aménagements de fortune pour les cuisines et les rares salles d’eau, la lutte quotidienne contre l’humidité, l’enfumage et les dangers d’incendie. Son livre fourmille d’anecdotes sur les embarras de ce gigantesque caravansérail, les plaintes ou les requêtes des courtisans, les travaux exécutés en urgence et l’inépuisable course au financement du tonneau des Danaïdes qu’était le château.
En ressort une étonnante et vivante chronique de la vie quotidienne à Versailles, tenant plus du parcours d’obstacles que d’un séjour de rêve dans le palais du plus grand souverain d’Europe.

William Ritchey Newton a publié L’Espace du roi. La Cour de France au château de Versailles et La Petite Cour. Services et serviteurs à la Cour de Versailles au XVIIIe siècle.

Table des matières :

(suite…)



La Révolution et l’Église en 1791

bandeau.jpg

L’Histoire par l’image propose une animation sur la Révolution et l’Eglise en 1791.

revolutioneglise.jpg

L’adoption de la Constitution civile du Clergé par l’Assemblée constituante fait perdre à l’Eglise son autonomie comme institution et suscite des inquiétudes. L’État révolutionnaire met ainsi en place une nouvelle Eglise constitutionnelle qui n’aura d’existence que par lui et qui aboutit au décret du 29 novembre 1791 relatif aux prêtres ayant refusé de prêter un serment civique.

publiciteburidan.gif



Isabelle de Bourbon-Parme, Lettres à l’Archiduchesse Marie-Christine (1760-1768)

bourbonparme.jpg

Isabelle de Bourbon-Parme, Lettres à l’Archiduchesse Marie-Christine (1760-1768). « Je meurs d’amour pour toi… », Edition établie par Elisabeth Badinter, Tallandier, septembre 2008, 201 pages, 22 cm, 15 euros

Petite-fille de Louis XV et de Philippe V d’Espagne, Isabelle de Bourbon-Parme (1741-1763) est une femme exceptionnelle, qui appartient au club très fermé des princesses philosophes. Mariée en 1760 au futur empereur Joseph II, elle séduit toute la famille impériale et tombe elle-même éperdument amoureuse de sa belle-sœur, l’archiduchesse Marie-Christine. Ses lettres et ses petits billets, qui ressemblent aux courriels de notre siècle, révèlent un caractère, des sentiments et une intelligence hors du commun; ils lèvent aussi le voile sur certains secrets de la cour de Vienne.



La bête du Gévaudan, par Jean-Marc Moriceau

moriceaugevaudan.jpg

La bête du Gévaudan, Jean-Marc Moriceau, Larousse, mars 2008, 284 pages, 21 cm, 18 euros

Au printemps 1764, une femme est attaquée près de Langogne, en Gévaudan, par une « bête » que ses bœufs parviennent à mettre en fuite. C’est le début de trois années de terreur pour la population de cette région de Lozère. Malgré la venue du lieutenant des chasses royales, et de nombreuses battues, plus d’une centaine de personnes sont victimes de la bête, la plupart atrocement mutilées… Depuis lors de nombreuses hypothèses ont été avancées, faisant de la bête du Gévaudan un loup, un molosse, un homme… Reprenant l’enquête, Jean-Marc Moriceau, retrace toute l’histoire de la traque et analyse tous les témoignages dans un récit extrêmement vivant.

Ancien élève de l’École normale supérieure, Jean-Marc Moriceau est professeur d’histoire moderne à l’Université de Caen et président de l’Association d’histoire des sociétés rurales. Directeur de la Maison de la Recherche en sciences humaines de l’Université de Caen Basse-Normandie, il est responsable de l’Axe mutations rurales du Centre de Recherches d’Histoire Quantitative (UMR CNRS 6583).

Directeur de la revue internationale Histoire et Sociétés Rurales, il anime, avec le géographe Philippe Madeline, le séminaire du Pôle rural de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen. Spécialiste de l’histoire des campagnes, il s’intéresse aux rapports entre les sociétés humaines, les animaux domestiques et la faune sauvage.

Sommaire :Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, livres d’histoire, librairie spécialisée histoire rurale

(suite…)



Occasion : Antoine de Rivarol et l’émigration de Coblence

costonrivarol300.jpg

Antoine de Rivarol et l’émigration de Coblence, présenté par Henry Coston, Publications H. Coston, 1996, 86 pages, 24 cm,

Livre d’occasion, bon état, 10 euros, disponible à la librairie

Publications Henry Coston :

« En rééditant l’Histoire secrète de Coblence, publiée à Londres en 1795, Henry Coston présente Antoine de Rivarol à qui ce livre est attribué par la Bibliothèque National.

« Rivarol, dès la fin du XVIIIe siècle, annonçait la décadence vers laquelle la Révolution a poussé la France. « Il était frappé, a dit Jean Dutourd, par la grandeur des ruines et la petitesse des démolisseurs »

« Celui que les « officiels » honnissent toujours parce qu’il a écrit des vérités qu’ils ne supportent pas de lire ou d’entendre, demeure l’un des maîtres de la Contre-révolution. »

Sommaire : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en histoire, livres d’histoire de la révolution française

(suite…)



Romans historiques : Nicolas Le Floch

parrotsang.jpg parrotfantome.jpg parrotflorentin.jpg parrotventre.jpg parrotenigme.jpg parrotaffaire.jpg


Profitez de l’été pour découvrir Paris au XVIIIe siècle avec Nicolas Le Floch, désormais célèbre commissaire au Châtelet :
Buridan librairie spécialisée en histoire livres d’histoire

Les enquêtes de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet, par Jean-François Parot

Collection « Grands Détectives », chez 10/18, en poche

Le sang des farines, 2006, 423 pages, 8,60 euros

Le fantôme de la rue Royale, 2002, 344 pages, poche, 7,40 euros

Le crime de l’hôtel Saint-Florentin, 2005, 396 pages, 7,90 euros

L’homme au ventre de plomb, 2001, 311 pages, 7,40 euros

L’énigme des Blancs-Manteaux, 2001, 377 pages, 7,40 euros

L’affaire Nicolas Le Floch, 2003, 397 pages, 8,60 euros

(suite…)



1234

tpe2008 ogm |
Etude et conservation des c... |
Les chats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | connaître et protéger la na...
| sos animaux
| Les réactions soulevées par...