Terres promises, les mélanges offerts à André Kaspi

Terres promises, les mélanges offerts à André Kaspi dans André Kaspi andreKaspi

La librairie Buridan aura la plaisir d’accueillir l’historien André Kaspi, lundi 12 janvier 2009 à partir de 18h, pour la présentation de ses mélanges récemment publiés aux Publications de la Sorbonne.

TerresPromises dans SignaturesTerres promises
Mélanges offerts à André Kaspi
Préface de René Rémond
Articles réunis par Hélène Harter, Antoine Marès, Pierre Melandri et Catherine Nicault

Une quarantaine de contributions inédites composent cet ouvrage articulé autour de trois thématiques : l’histoire intérieure et extérieure des États-Unis, l’histoire des relations internationales, l’histoire contemporaine des Juifs. Sur l’Amérique du Nord (Canada et États-Unis), ce volume offre un panorama historique, de la colonisation au 11 septembre 2001. Il permet de comprendre la complexité des États-Unis actuels, à la fois dans leur relation au monde et dans les bouleversements qui touchent à leur identité au début du xxie siècle, comme vient d’en témoigner l’élection de leur 44e président, Barack Obama. En ce qui concerne les relations internationales, outre une réflexion théorique, c’est le xxe siècle qui est interrogé, de la Seconde Guerre mondiale aux affrontements de la guerre froide et aux affaires européennes : ici encore, les sujets sont au coeur de l’actualité historiographique et politique. Enfin l’ouvrage propose, entre la Pologne et les États-Unis, entre la France et les rives de la Méditerranée, de nouveaux éclairages sur l’histoire contemporaine des Juifs : l’affaire Dreyfus, la « francisation » des élites à l’époque coloniale, les désillusions idéologiques, les épreuves du déracinement, de l’exil et du réenracinement dans une nouvelle patrie, et la tragédie de la Shoah. À ces trois parties s’ajoutent quelques réflexions sur les grands débats historiographiques récents.

Au-delà de leur variété, ces textes témoignent des leçons qu’André Kaspi n’a cessé de dispenser, dans le droit fil de la tradition universitaire et intellectuelle française : rigueur de la méthode et honnêteté exigeante, ampleur de la synthèse, clarté absolue de l’exposition pour une recherche historique résolument axée sur la compréhension du temps présent. Cet ouvrage se veut un hommage, en même temps qu’un signe d’amitié, adressé à l’historien par René Rémond – peu avant sa disparition –, par ses collègues et par ses élèves. Hommage d’abord à l’américaniste renommé, auteur infatigable et pédagogue inlassable, à la Sorbonne comme dans les médias ; hommage au spécialiste des relations internationales, dans la lignée de ses maîtres, Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle ; hommage enfin à celui qui a fait oeuvre pionnière en France dans le champ de l’histoire de la Shoah, dont il a introduit l’enseignement à l’Université.



Cicéron, par Pierre Grimal

grimalciceron300.jpg

Cicéron, par Pierre Grimal, Fayard, 1986, 480 pages, 24 cm, 23 euros

 

 

Livre neuf, >> Commander par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Après tant de livres et d’études consacrés à Cicéron, est-il possible de dire sur lui quelque chose de nouveau? C’est ce qu’a tenté l’auteur, relevant le défi porté autrefois par un illustre philologue allemand, prétendant qu’il était impossible d’écrire un Cicéron. P. Grimal, bien qu’il ait enseigné la littérature latine en Sorbonne pendant de nombreuses années, et répudiant toute prudence, a voulu écrire sur l’illustre Romain un ouvrage qui puisse être lu. Il a relevé ce défi à l’impossible et gagné son pari.

C’est le moment où Rome devient sensible à la philosophie, et en élabore une qui lui est propre. Le moment où naît l’Empire sur les ruines de la vieille cité-Etat, où la culture, l’éloquence, la préoccupation de la beauté vont devenir le ciment de l’Empire. Cette création, spirituelle autant que politique, a eu pour artisan celui que certains de ses contemporains appelaient avec dédain « l’homme d’Arpinum ». Déchiré, en contradiction parfois avec lui-même, il avait ses racines dans le plus lointain passé, mais ce qu’il apporta au monde devait vivre jusqu’à nous.

 

Le Cicéron, extraordinairement vivant et attachant, que nous offre P. Grimal, est un témoignage sur une époque, mais avant tout sur un homme que des générations ont caricaturé et défiguré de mille manières. qui essaie non pas de porter un jugement de l’extérieur, et, à travers l’épaisseur des siècles, sur l’homme, ou le consul, ou l’orateur, mais qui s’attache à comprendre le personnage lui-même dans sa complexité, ce qu’il a été simultanément.



L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul

corvisierarmee300.jpg

L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, par André Corvisier, PUF, 1964, plaquette de 44 pages,

Livre d’occasion exemplaire en bon état signé par l’auteur, disponible à la librairie, 33 euros >> Le réserver, par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)



Pouvoir au village et Révolution, par Jean-Pierre Jessenne

jessennepouvoi300.jpg

Pouvoir au village et Révolution. Artois (1760-1848), par Jean-Pierre Jessenne, PU Lille, 1987, 308 pages, 24 cm

Livre d’occasion. Exemplaire de bibliothèque sorti de l’inventaire, avec divers cachets, disponible à la librairie, 22 euros >> Réserver par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Autour du clocher, l’accès à la mairie passe le plus souvent sous le porche :
Le clocher : centre du village et symbole d’une collectivité qui tend à se vouloir unie,
La mairie : lieu du pouvoir local, maillon important de l’organisation de l’Etat et enjeu décisif de l’engagement politique des ruraux en particulier quand se mettent en place les institutions communales.
Le porche : élément architectural distinctif des grosses censes qui jalonnent le paysage artésien.

A la fin du XVIIIe siècle, dans ces censes souvent seigneuriales, vivent et travaillent les fermiers qui emploient des dizaines de personnes. Forts de leur « savoir lire et écrire », les fermiers, lieutenants de village, monopolisent le pouvoir local à la fin de l’Ancien régime.
Loin d’être balayés par les premières élections révolutionnaires, ils sont consacrés par le vote villageois comme maires et membres des municipalités… Au-delà des ruptures révolutionnaires et malgré des moments d’éviction, ils s’installent pour longtemps dans la continuité du pouvoir.
En révisant au passage quelques idées reçues (domination des propriétaires, passivité politique et « naturel » conservatisme paysan), ce livre reconstitue les mécanismes qui lient la foule des villageois à la « fermocratie » ; l’attribution des places dans l’église, le parrainage des enfants croisent le chantage au travail et la guillotine.
A quelques mois du bicentenaire de 1789, la Révolution française et les racines rurales demeurent des points de passages utiles pour comprendre la France d’aujourd’hui

Table des matières : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en histoire de la Révolution, Livres d’histoire de la révolution

(suite…)



L’Inquisition médiévale, par Jean Guiraud

guiraudinquisition300.jpg

L’Inquisition médiévale, par Jean Guiraud, J. Tallandier, 1978, 238 pages + 8 p. de pl. ; 23 cm
Livre d’occasion, en bon état, disponible à la librairie, 32 euros >> Commander par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Quatrième de couverture :

S’il est un domaine où les passions ne sont pas près de s’éteindre, c’est bien celui de l’Inquisition au Moyen âge. Réquisitoires et apologies se succèdent et se répondent, sans que la vérité progresse d’un pouce.
En véritable historien, Jean Guiraud fuit comme la peste le péché d’anachronisme – péché capital en histoire – qui consiste à voir avec les yeux d’aujourd’hui ce qu’on fait ou dit les hommes du XIIIe, du XIVe ou du XVe siècle. Il replace le phénomène de l’hérésie et la création de l’Inquisition dans leur contexte puis expose le fonctionnement, souvent mal connu, de ce célèbre tribunal et enfin, suit son évolution qui fut très diverses selon les époques et les pays. Appuyé sur une documentation solide, il fait le point avec clarté et sérénité sans rien laissé de côté. Il livre les pièces d’un dossier qu’il faut connaitre avant de juger.

Jean Guiraud est né en 1866 dans l’Aude, non loin des hauts lieux cathares, région où se déroulèrent les épisodes de la croisade en Languedoc et où l’Inquisition eut une activité … débordante.
Des études universitaires l’amenèrent à se pencher en particulier sur l’histoire de l’Eglise et à publier plusieurs ouvrages sur ce sujet : l’Eglise romaine des origines à la Renaissance, les Registres d’Urbain IV (1261-1264), une grande Histoire de l’Inquisition au Moyen âge en deux volumes, etc. …
Catholique militant mais ignorant tout sectarisme, il mena également une carrière de journaliste. Directeur de La Croix pendant de longues années, l’universitaire sut s’adapter aux nécessité de la presse : clarté, concision, rapidité qui l’aidèrent à écrire des livres vivants, proches des préoccupations du public, mais, en même temps, préparés avec sérieux et méthode.

Table des matières : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en livres d’histoire du moyen âge

(suite…)



L’Espagne au Moyen âge, par Marie-Claude Gerbet

gerbetespagne300.jpg

L’Espagne au Moyen âge (VIIIe-XVe siècle), par Marie-Claude Gerbet, A. Colin, Collection U, 1992, 423 pages, 23 cm

Livre d’occasion. Exemplaire de bibliothèque sorti de l’inventaire, avec divers cachets, disponible à la librairie, 14 euros >> Réserver par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Cet ouvrage brosse un véritable tableau de l’Espagne politique, économique et culturelle : mille ans d’une histoire complexe, fondamentale pour la compréhension des civilisations classiques et moderne. L’Espagne – il serait plus exacte de dire « les Espagnes » -a, en effet, subit des modifications territoriales et politiques considérables du Ve au XVe siècle.

Les Wisigoths avaient réalisé à leur profit, l’unité de l’Hispania, en rassemblant les cinq provinces romaines en un royaume indépendant. L’invasion musulmane de 711 le fait éclater. La « Reconquête » chrétienne ne peut débuter, difficilement, que dans la première moitié du XIe siècle pour aboutir à l’installation des Couronnes de Castille et d’Aragon. La grande peste du XIVe siècle frappe plus durement l’Aragon. A la ruine économique s’ajoutent l’agitation paysanne et la guerre civile, mais dans les deux Couronnes s’achèvent la coexistence pacifique des chrétiens, des musulmans et des Juifs, et les échanges culturels dont la richesse avait constitué la grande originalité des XIIe-XIIIe siècles. Lorsqu’Isabel la Catholique, épouse de Fernando d’Aragon, monte sur le trône de Castille en 1474, l’Hispania restaurée n’est encore qu’un rêve. Si les politiques extérieures et religieuses (Inquisition, expulsion des juifs et des musulmans refusant de se convertir) deviennent communes, chaque Couronne conserve sa politique coloniale : tandis que Fernando guerroie à Naples, Christophe Colomb donne le Nouveau Monde à Isabel.

Marie-Claude Gerbet, agrégée de l’Université, ancien membre de la Casa Velasquez, docteur es lettres, membres correspondant de la real Academia de la historia, est professeur d’Histoire du Moyen âge à l’université de Tours.



Au bord de la falaise, de Roger Chartier

chartierfalaise300.jpg

Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, par Roger Chartier, Bibliothèque Albin Michel. Histoire, 1998, 292 pages, 23 cm
Livre d’occasion, très bon état, VENDU
>> Vous recherchez ce livre, n’hésitez pas à nous contacter : par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Alors que les historiens sont amenés à une remise en cause radicale de leurs certitudes, les uns trouvent refuge dans un retour à l’érudition et à l’archive, les autres sont tentés de renoncer à la dimension de connaissance inscrite au cœur de leur discipline.

Roger Chartier, directeur d’études à l’EHESS, connu pour ses travaux d’histoire culturelle, n’a jamais cessé de s’interroger sur le statut du discours historique. Entre science et fiction, l’histoire chemine au bord de la falaise. Selon quels critères peut-elle être tenue pour une reconstruction valide de la réalité passée, sachant que le respect des règles traditionnelles n’est plus une garantie suffisante ? Convaincu que la fameuse « crise » de l’histoire constitue non pas une impasse, mais un appel pressant à la refondation, Roger Chartier éclaire, dans un dialogue constant avec les autres sciences humaines, et par sa relecture des œuvres de Michel de Certeau, Michel Foucault ou Louis Marin, l’intention de vérité qui traverse les propos des historiens.

Au moment où la compréhension du passé est ressentie comme moins nécessaire, le présent semblant se suffire, l’histoire doit retrouver sa vigueur de discipline critique en s’ouvrant à de nouvelles questions et en forgeant de nouveaux instruments de compréhension.

Sommaire : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en histoire, livres d’histoire

(suite…)



Lucien Febvre, Pour une histoire à part entière

febvrehistoire300.jpg

Pour une histoire à part entière, Lucien Febvre, SEVPEN, 1962, In-8 ̊(23 cm), 867 pages,
Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études. VIe Section. – Recueil d’articles extraits de diverses revues

Livre d’occasion, exemplaire de bibliothèque, sorti de l’inventaire, reliure rouge usée mais solide,
disponible à la librairie, 28 euros
>> Commander par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Table des matières : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en histoire, livres d’histoire

(suite…)



La guerre du Péloponnèse, par Victor D. Hanson

hansonpeloponnese.jpg

La guerre du Péloponnèse, Victor D. Hanson, « Au fil de l’histoire », Flammarion, mai 2008, 480 pages, 24 cm, 28 euros

«Aucun conflit, dans l’Histoire, n’est aussi riche d’enseignements pour notre époque que la guerre du Péloponnèse» : cette conviction est au cœur de l’enquête menée par l’historien Victor Davis Hanson sur la lutte qui opposa, il y a près de deux mille cinq cents ans, Sparte et Athènes. Car la guerre du Péloponnèse préfigure nombre de conflits modernes : ce fut un affrontement titanesque entre deux superpuissances et leurs alliés, une sorte de guerre mondiale à l’échelle de la Grèce ancienne ; ce fut aussi une sanglante guerre civile, puisqu’elle mit aux prises des hommes qui adoraient les mêmes dieux et parlaient la même langue ; ce fut surtout une guerre sale, qui inventa de nouvelles méthodes de terreur, bien éloignées du traditionnel combat d’hoplites. Sièges, coups de main, meurtres d’otages, massacres de civils et de prisonniers s’enchaînèrent pendant vingt-sept ans, jusqu’à la capitulation d’Athènes : la Grèce de l’âge d’or n’était plus.

Pour raconter le premier conflit total de l’Histoire, ce livre, s’inspirant de Thucydide, nous fait toucher du doigt la chair même de la guerre : le sort d’Athènes livrée à une peste meurtrière, l’effroi d’assiégés mourant de faim, le recours à d’effroyables techniques militaires, le désespoir de généraux illustres comme la mort, loin de chez eux, d’humbles soldats paysans…

Helléniste et historien, Victor Hanson enseigne à la California State Université. Il a consacré de nombreux ouvrages à l’histoire des guerres en Occident, et particulièrement dans l’antiquité, dont plusieurs ont été traduits en français : Les Guerres grecques, 1400-146 av. JC (Autrement, 2000). Le Modèle occidental de la guerre (Belles-Lettres, 2001, Texto, 2007) ; Carnage et Culture, les grandes batailles qui ont fait l’Occident (Flammarion, 2002, 3500 ventes, Champs, 2005)

Table des matières : Librairie Buridan – Le Fou d’Histoire, librairie spécialisée en histoire militaire, livres d’histoire

(suite…)



Occasion : La Saga de Harald l’Impitoyable

haraldimpitoyable300.jpg

La Saga de Harald l’Impitoyable, Snorri Sturluson, traduite, présentée et annotée par Régis Boyer, Petite bibliothèque Payot, 1979, 178 pages, 18 cm. Livre d’occasion, bon état mais vieilli, Vendu
Si vous recherchez ce livre, n’hésitez pas à nous contacter
par téléphone (01.46.33.74.95) ou par courriel (ecrire@buridan.fr)

Le sort de l’Occident, au XIe siècle, s’est trouvé infléchi par la fameuse bataille de Hastings (octobre 1066) que remporta, sur Harold de Wessex, Guillaume le Conquérant. Mai sait-on que cette victoire ne fut possible que parce que Harold disposait de troupes décimées et fatiguées ? Elles venaient de remporter une couteuse et difficile victoire, à Stamford Bridge, sur le terrible Haraldr Sigurdarson, « l’éclair du nord », demi-frère de Saint Olaf, roi de Norvège et héros de la saga que voici. En sorte que c’est à Haraldr « le dur » ou l’impitoyable que Guillaume doit, finalement, son succès.

(suite…)



12345...9

tpe2008 ogm |
Etude et conservation des c... |
Les chats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | connaître et protéger la na...
| sos animaux
| Les réactions soulevées par...