Le sphinx rouge, le dernier Dumas

sphinxrouge.jpg

Le sphinx rouge (Le comte de Moret), par Alexandre Dumas, 2008, 800 pages, 21 cm, 25 euros

En 1865, Alexandre Dumas (1802-1870) commençait la rédaction – et, en même temps, la publication sous forme de feuilleton dans le quotidien « Les Nouvelles » – d’un roman historique dont il affirmait lui-même qu’il allait être l’un de ses derniers : Le comte de Moret. Mais, contrairement à ses autres œuvres, c’est seulement 81 ans plus tard, en 1946, que ce grand texte parut sous forme de livre, dans une édition incomplète et quasi confidentielle. Deux autres éditions, dans les années 1960, furent également incomplètes.

Décembre 1628. Le siège de La Rochelle a pris fin depuis quelques jours et nous nous trouvons à peu de semaines seulement du moment où s’est achevé l’action des Trois Mousquetaires. En vrai chroniqueur, Alexandre Dumas, aime la continuité historique. C’est là que s’ouvre le premier chapitre du Comte de Moret.

Ainsi, nous sommes toujours dans la France de Louis XIII et du cardinal de Richelieu, cette France que Dumas affectionne tout particulièrement, avec ses complots enchevêtrés, ses intrigues diplomatiques, ses guerres stratégiques. On ne s’étonnera donc pas que, finalement, ce soit Richelieu qui monopolise toute l’action du roman, Antoine de Bourbon, comte de Moret (1607-1632), bâtard d’Henri IV, n’y jouant qu’un rôle mineur.

C’est la raison pour laquelle les éditeurs de 1946 ont choisi de publier le roman sous le titre Le sphinx rouge, selon l’expression utilisée par Jules Michelet pour désigner le cardinal de Richelieu. Ce choix étant parfaitement justifié par le texte même de Dumas, il a été repris pour la présente édition. Elle a été établie d’après le texte paru dans « Les Nouvelles », confronté, là où cela a été nécessaire, avec l’édition de 1946.

Vaste et admirable galerie de portraits – celui de Richelieu aurait sa place dans n’importe quelle anthologie du genre –, suite ininterrompue de rebondissements comme seul Dumas sait les concevoir, aventures galantes sur fond d’intérêts politiques – Le sphinx rouge, c’est du grand Dumas.

publiciteburidan6.gif



tpe2008 ogm |
Etude et conservation des c... |
Les chats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | connaître et protéger la na...
| sos animaux
| Les réactions soulevées par...