Jeanne d’Arc, de Colette Beaune

beaunejeanne.jpg

Jeanne d’Arc, de Colette Beaune, Perrin, 2004, 475 pages, 24 cm, 23.50 euros

De loin, le meilleur ouvrage que j’ai pu lire sur la Pucelle d’Orléans. Au-delà même du personnage, c’est le diagnostic d’une société qu’entreprend Colette Beaune à travers le cas de Jeanne : l’histoire des mentalités, de la religion, des croyances, des femmes, etc.…

Jeanne d’Arc n’est pas très grande, ni très jolie, elle a des cheveux bruns, l’air solide, une tache rouge derrière l’oreille droite. D’un caractère trempé, elle se met parfois en colère et pleure quand elle veut. Jeanne se proclame chef de guerre pour bouter les Anglais hors de France. Elle rêve d’une nouvelle croisade afin de reconquérir Jérusalem et créer un monde nouveau. Ses voix, que le procès identifiera à celles de sainte Catherine, sainte Marguerite et saint Michel, la guident dans sa mission.

Ainsi peut-on décrire la petite villageoise de Domrémy née vers 1412, étonnant mélange de culture chrétienne et de rites populaires. Son destin a croisé celui du royaume plongé dans l’interminable guerre de Cent Ans. Le roi Charles VII lui-même la reconnaît comme une prophétesse qui incarne en 1429 toutes les attentes des Français. Elle devient un mythe vivant. Et pourtant, Jeanne passera son temps à brouiller les limites sociales – paysanne, elle fait carrière à la cour -, sexuelles- vêtue en homme, elle fait la guerre-, ou religieuses -elle prêche et crée des objets sacrés. Ce charisme féminin est la source d’un pouvoir qui finira par gêner. L’incompréhension sera d’ailleurs l’un des ressorts de son procès qui la conduit pour sorcellerie au bûcher en 1431.

Dans cette biographie passionnante et originale, Colette Beaune, déjà remarquée pour sa « Naissance de la nation France », a fait un travail magnifique d’érudition en retraçant les mentalités d’une époque qu’on croit révolue. Sa parfaite connaissance du monde médiéval offre un tableau saisissant de la vie de Jeanne, loin de l’icône politique et patriotique habituelle.

Colette Beaune est historienne, professeur d’histoire médiévale à l’université de Nanterre. Elle a publié Naissance de la nation France (Gallimard), Journal d’un bourgeois de Paris et Education et Culture, du début du XIIe siècle au milieu du XVe siècle (Sedes, 1999).

Sommaire :

(suite…)



Occasion : Éducation et cultures du début du XIIe au milieu du XVe siècle

beauneeducation300.jpg

Éducation et cultures du début du XIIe au milieu du XVe siècle, par Colette Beaune, 1999, SEDES, Regards sur l’histoire, 366 pages, 24 cm, Livre d’occasion, disponible à la librairie, bon état, 32 euros >> Pour le commander : écrire à ecrire@buridan.fr ou téléphoner au 01.46.33.74.95

Quatrième de couverture :

L’éducation religieuse et morale est due à tous les enfants mais l’accès à la culture intellectuelle est fonction au Moyen âge du rôle que chacun doit jouer dans la société et don variable suivant l’état (clerc ou laïc), la profession ou le sexe.

Entre le début du XIIe siècle et le milieu du XVe siècle, les savoirs s’accrurent, de nouvelles sciences apparurent enseignées par un réseau renouvelé d’écoles urbaines puis d’universités. La culture savante latine forma les cadres de l’Eglise et de la société, culmina ans la théologie de Thomas d’Aquin avant d’opter en Italie pour l’humanisme.

Parallèlement la culture en vulgaire du monde laïc accéda à l’écriture ; sermons, images et vitraux, gestes des liturgies furent-ils des passerelles entre les deux mondes ? Deux milieux s’avérèrent particulièrement favorables à l’osmose culturelle ; la cour où clercs et chevaliers entouraient le prince et la ville où notaires, médecins et marchands hésitaient entre pratique et culture écrite.

A partir des années 1350, la multiplication des écoles primaires comme des petites bibliothèques marque l’apparition d’un rapport plus étroit et généralisé à l’écrit. Seuls restent aux marges du consensus éducatif et culturel ceux dont la littera est contestée (Juifs), mauvaises (les hérétiques) ou suspecte (les femmes ou certains milieux populaires).

Colette Beaune, professeur à Paris X-Nanterre, est spécialiste d’histoire des mentalités et d’histoire politique. Elle a publié de nombreux travaux dont le livre Naissance de la nation France est le plus connu.

Table des matières :

(suite…)



tpe2008 ogm |
Etude et conservation des c... |
Les chats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | connaître et protéger la na...
| sos animaux
| Les réactions soulevées par...