Prague, Belle Epoque

michelprague.jpg


Prague, Belle époque, de
Bernard Michel, mars 2008, 493 pages, 22 cm, 26 euros

Entre la fin du XIXe siècle et les années 20, Prague s’imposa comme l’une des capitales européennes de la littérature, de la peinture et de l’architecture. Cette ville où il faisait bon vivre – Tchèques et Allemands y cohabitaient harmonieusement, et la communauté juive y fut longtemps préservée de l’antisémitisme – accueillit et inspira toutes les avant-gardes : symbolisme, décadence, expressionnisme, cubisme… Une Belle Époque injustement méconnue, et ressuscitée par ce livre que hantent, à chaque page, Max Brod, Rilke, Meyrink, Mucha, Bilek et tant d’autres… autour de Kafka, l’écrivain pragois par excellence, qui fait ici l’objet de nouvelles interprétations

Le début :

Franz Kafka, Rainer Maria Rilke, Max Brod, Gustav Meyrink, Jaroslav Hašek, Karel Čapek, l’architecte Jan Kotěra, le sculpteur František Bílek, les peintres Alfons Mucha, Emil Filla et Bohumil Kubista: peu de villes peuvent s’enorgueillir d’avoir concentré sur une courte période autant de talents d’artistes différents. En quelques trois décennies, de1895 à 1928, Prague, autrefois ville provinciale de l’Autriche-Hongrie, s’est imposée comme l’une des capitales européennes de la littérature, de la peinture et de l’architecture. Symbolisme, décadence, expressionnisme, cubisme, toutes les avant-gardes y on trouvé un milieu d’expression privilégié et original. Buridan le Fou d’Histoire Librairie spécialisée en histoire livres d’histoire

Le sommaire :

(suite…)



tpe2008 ogm |
Etude et conservation des c... |
Les chats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | connaître et protéger la na...
| sos animaux
| Les réactions soulevées par...